SIQO en Bretagne : les chiffres et cahiers des charges décryptés pour la première fois dans un mémento régional

Le

Le 20/05/22

L’Observatoire économique des signes d’identification de la qualité et de l’origine (SIQO) en Bretagne vient de publier son premier mémento. Cette étude met l’accent sur une production exigeante, qualitative, défendant les savoir-faire locaux et respectant l’environnement.

Un observatoire pour le suivi des signes de qualité

Bien connus et identifiés des consommateurs, ces signes, tels que l’agriculture biologique, le Label Rouge, les AOC/AOP, IGP et STG, inspirent confiance. Tous répondent en effet à des cahiers des charges stricts et les produits concernés sont soumis à des contrôles rigoureux. 

Pour mettre à l’honneur ces labels et assurer leur suivi d’année en année, un observatoire régional a été mis en place autour de l’INAO, la DRAAF, la Région Bretagne, la FRAB, IBB et la Chambre d’Agriculture de Bretagne. Ce travail collectif a permis d’aboutir à une première édition d’un mémento économique régional décryptant les différentes filières concernées.

Une production dynamique et créatrice de valeur pour la Bretagne

La Bretagne a vu ses volumes de produits sous SIQO progresser. En 2020, la région comptait 72 produits reconnus en Label Rouge, AOC, AOP, IGP ou STG. Ces derniers ont permis de générer un chiffre d’affaires de 430 millions d’euros en un an. La Bretagne est la première région pour les produits de la mer, et concentre 12 signes de qualité sur 33 au niveau national. Très bien positionnée sur les produits de la charcuterie également, la progression des volumes en Label Rouge a été de 15% entre 2019 et 2020. Les entreprises engagées dans l’agriculture biologique représentaient cette même année 13,7 % des entreprises agricoles de la région. La Bretagne est ainsi la première région productrice de bio en bovins laitiers, légumes et volailles.

De nombreux défis attendent les producteurs sous SIQO dans les mois à venir : hausse sans précédent du cours des matières premières, baisse du pouvoir d’achat, anxiété liée au climat… Si les produits sous SIQO devraient pouvoir à nouveau démontrer leur capacité de résilience du fait des garanties de qualité qu’ils offrent aux consommateurs, le travail de l’observatoire permettra de suivre leur évolution tout en valorisant l’impératif de productions locales et savoir-faire respectueux de l’environnement.