L'Institut national de l'origine et de la qualité

Fort de son expertise forgée depuis plus de 80 ans, l'INAO assure la reconnaissance et la protection des signes officiels d'identification de la qualité et de l'origine (SIQO) des produits agricoles, agroalimentaires et forestiers.

L'Institut national de l'origine et de la qualité (INAO) est un établissement public administratif, doté de la personnalité civile, sous tutelle du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation.

L'INAO est chargé de la mise en œuvre de la politique française relative aux signes officiels d'identification de la qualité et de l'origine des produits agricoles et agroalimentaires : Appellation d’origine contrôlée (AOC), Appellation d'origine protégée (AOP), Indication géographique protégée (IGP), Spécialité traditionnelle garantie (STG), Label rouge (LR) et agriculture biologique (AB).

La politique française de qualité des produits agricoles et agroalimentaires mise en œuvre par l’INAO repose sur une étroite collaboration entre les professionnels regroupés au sein d’organismes de défense et de gestion (ODG), les organismes de contrôles agréés, les services de l’État et l’Institut.

Toutes les régions françaises sont concernées par ces signes. Selon la dernière enquête sur la structure des exploitations, environ 10 % des exploitations agricoles (hors viticoles et biologiques) en France disposent d’au moins une production sous IGP, Label rouge ou AOC/AOP.

En 2015, l’INAO encadre plus de 1000 produits, parmi lesquels on dénombre 366 vins  AOP/AOC, 74 vins  IGP, 54 boissons spiritueuses en IG, près d’une centaine d’AOP agroalimentaires et plus d’une centaine de produits agroalimentaires sous IGP. Il suit également plus de 400 cahiers des charges de produits Label rouge. Fin 2016, on comptait en France  plus de 47 000 opérateurs (producteurs, transformateurs, distributeurs et importateurs) engagés en production biologique.

Ce site Internet est cofinancé par l’Union européenne, Direction générale de l’Agriculture et du Développement Rural.
Co-financed by the European Union, Directorate General for Agriculture and Rural Development of the Commission.