Le Poulet du Périgord obtient l'IGP

Le
Le 20/10/16

La Commission européenne a enregistré la dénomination « Poulet du Périgord » en Indication géographique protégée (IGP), par règlement paru le 13 octobre 2016 au Journal Officiel de l’Union européenne. Cet enregistrement fait suite à l’avis favorable émis par l’INAO.

La volaille est élevée en plein air pendant une durée minimale de 81 jours. Elle est reconnaissable par son apparence charnue et sa peau fine, de couleur uniforme (jaune ou blanche), qui recouvre un gras sous cutané suffisant, mais sans excès.

Le « Poulet du Périgord » provient d’une aire géographique, délimitée par la province du Périgord, qui est située dans le département de la Dordogne.

Cette zone se présente comme un « carrefour climatique » entre un climat continental et méditerranéen. Ces particularités expliquent la place importante qu’y occupe la culture du maïs - exigeante en température et en eau. Cette céréale et un complément en argile (bentonite), composent la base de l’alimentation des volailles du Périgord.

Les abattoirs périgourdins ont développé et conservé au fil des années des savoir-faire spécifiques de sélection des carcasses, notamment celles qui font l’objet d’une présentation en « méti-fait » (volaille plumée éviscérée, avec la tête repliée sous l’aile). Ces méthodes contribuent à la réputation et à la qualité de la présentation finale du produit, particulièrement soignée et qui ne présente aucun défaut.

L’IGP assure au consommateur que le produit tire une ou plusieurs caractéristiques de son origine géographique. Ce signe officiel de la qualité et de l’origine (SIQO) protège désormais la dénomination « Poulet du Périgord », dans toute l’Union européenne.

Données chiffrées (estimation 2016) :
- 5,9 millions de poulets produits (dont 85% jaunes et 15% blancs)
- 256 sites d’élevage recensés en IGP

© Association Le Poulet du Périgord

Téléchargez le communiqué de presse au format PDF (comprenant l'aire géographique de production)